Pages Navigation Menu

Ministre de l'Interieur

Projet de loi travail: un compromis social pour une véritable sécurité sociale professionnelle

Projet de loi travail: un compromis social pour une véritable sécurité sociale professionnelle

J’ai interrogé le Premier Ministre lors de la séance de Questions au gouvernement du mardi 15 mars sur les modifications importantes apportées à l’avant-projet de loi Travail grâce à la concertation menée avec les partenaires sociaux, les parlementaires socialistes et le gouvernement:

Monsieur le Premier ministre, hier, vous avez présenté les modifications importantes du texte sur le travail, qui, je le rappelle, n’est encore qu’un avant-projet de loi qui n’a pas encore été présenté en conseil des ministres.
Cette méthode – la concertation préalable avant même le dépôt d’un texte – est la bonne : elle permet d’entendre tout le monde et de lever les craintes comme les appréhensions. Cette méthode permet au débat parlementaire de s’appuyer sur la négociation sociale. Elle permet également, comme nous l’avons fait depuis le début de ce quinquennat, de placer les corps intermédiaires, forts décriés sur les autres bancs de cette assemblée, au cœur du débat public.

La culture du compromis social est, malheureusement, souvent décriée dans notre pays. En tout domaine, les ultras des deux rives en veulent en général toujours plus, persuadés qu’en définitive, rien ne bougera. Or, le maximalisme mène toujours à l’immobilisme.

Mais il existe aussi une France de la réforme qui ne se résout pas au statu quo, une France de la réforme qui ne se résout pas à ce que le chômage de masse soit une fatalité française. Il existe une France de la réforme qui veut que le contrat à durée indéterminée redevienne la norme d’embauche dans l’entreprise parce qu’il est synonyme pour les salariés de sécurité et de perspectives.

Dans ce texte, monsieur le Premier ministre, un important volet a été introduit : il permet de tendre la main à cette part de la jeunesse qui se trouve sans perspective, sans ressources et sans soutien. De même, grâce à ce texte, le compte personnel d’activité – le CPA, dont le sigle deviendra pour tous les salariés de ce pays, dans quelques années, synonyme de grande avancée sociale – sera enfin alimenté.

Ce projet de loi permet de montrer que la sécurité due aux salariés ne s’oppose en rien à la souplesse nécessaire aux entreprises. Monsieur le Premier ministre, pouvez-vous nous détailler les intentions du Gouvernement ?

Retrouvez la vidéo de mon intervention dans l’hémicycle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

' .